Diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure d'Art de Bourges en juin 2015, mes recherches plastiques sont animées par des problématiques liées de près ou de loin aux notions de délimitation, de frontière, de territoire. Je m’interroge sur l’identification, le positionnement de l’humain face à l’altérité. Je me questionne sur son besoin de cloisonner les formes, l’animal, l’étranger mais aussi sur son propre cloisonnement. J’aime observer avec plus ou moins de distance et de discrétion, les réponses que l’animal expose face aux décisions de l’homme.

 

Très jeune, j’ai été sensibilisée à la nature et à l’exploitation de celle-ci. Mes références familiales me donnèrent la terre comme lieu d'investissement et j’ai dû m’adapter à ses rythmes et à ses espaces. Durant mon enfance, j’ai observé l’homme en train de façonner, de transformer, et de labourer la terre à des fins de productivité. En grandissant dans un milieu rural et agricole, j’ai rapidement fait de l’animal un partenaire, un compagnon de jeux.

Je tente de représenter plastiquement mes questionnements et de matérialiser mes intérêts en rassemblant différentes formes et objets. Je les sors de leur contexte familier, les repense, les fabrique à nouveau. Ils ressortent d’entre mes mains bien souvent dénaturés et sont parfois fragilisés, renforcés, remodelés ou même déformés. Je crée entre les matières que j’utilise et les formes que j’exploite un rapport de dualité.

J’essaie de me réapproprier la réalité de certaines formes connotées pour les placer à la frontière de la naturalité et de l’artificialité. Je déplace des territoires préexistants pour les faire interagir afin de construire des espaces et des jeux de langage.

I graduated from ‘Ecole Nationale Supérieure d’Art’ (ENSA) of Bourges in June 2015. My artistic approach is driven by issues relating to boundaries, borders and territory.

I question the identification, the positioning of human faced to otherness. I query his need to partition shapes, animals, strangers but also his own partioning. I like to observe more or less closely and discreetly the response animals expose to man’s decisions.

 

From an early age, I was aware of nature and its exploitation. My family background provided me with an earthly surrounding and I had to adapt to its rhythms and spaces. During my childhood, I observed man as he was shaping, transforming and plowing the soil for producing purposes. As I grew up in a rural and agricultural environment, I quickly turned the animal into a partner, a playmate.

I try to represent my questionning in a plastic way, to shape my interest by assembling different forms and objects ; I take them out of their usual environment. I conceive them again, re-invent them. They come out of my hands more often than not disfigured, weakened or reinforced, remolded or even deformed. Between the materials I use and the shapes I work, I create a dual relationship.

I try to take over the reality of some connoted shapes to place them on the border between naturalness and artificialness. I move existing territories to make them interact so as to build spaces and language games.